Quand le dire se dédouble : duplicité énonciative et stratégies discursives associées

Publié le

Journée d’étude: Quand le dire se dédouble : duplicité énonciative et stratégies discursives associées

  • Organisateurs : Blandine Pennec & Sarah Bourse
  • Lieu : Université Toulouse II Jean Jaurès
  • Adresse : Campus Mirail 5, allée Antonio Machado 31058 Toulouse cedex 9
  • Contact : Sarah Bourse
  • Date : 13 mars 2020

 

APPEL À COMMUNICATIONS
Quand le dire se dédouble :
duplicité énonciative et stratégies discursives associées (domaine anglophone)
Journée d’étude (Cultures Anglo-Saxonnes, EA 801) – 13 mars 2020
Blandine Pennec & Sarah Bourse

La duplicité se définit, de façon première, comme le caractère de ce qui est double. À cette notion de dédoublement peut également s’ajouter une notion de caractère feint, de dissimulation. Le cas échéant, la dissimulation est supposée s’appliquer à l’élément qui est pragmatiquement visé (le but ultime d’un acte de langage par exemple), contrastant ainsi avec le niveau « de surface », qui deviendrait, en fin de compte, secondaire. Les interactions verbales – et l’intersubjectivité qu’elles impliquent – peuvent ainsi être analysées sous l’angle de cette notion de duplicité, qu’elle soit stratégique ou non : en effet, toute communication implique un décryptage du message prenant en compte, non seulement le plan locutoire, mais aussi le plan illocutoire, en lien avec les intentions du locuteur/énonciateur, dans un contexte donné.
Appliquée plus précisément au domaine de l’énonciation et au plan discursif, la duplicité peut donc tout d’abord être comprise de façon relativement neutre – en tant que dédoublement simple (lié à la richesse de la langue et à sa mise en œuvre en discours), sans nécessairement impliquer un surcroît en termes de manipulation de l’interlocuteur. La notion peut alors intéresser le champ des connotations (cf. Kerbrat-Orrechioni, 1977) s’ajoutant aux dénotations, ou encore celui de la présupposition, comme des inférences (cf. Sperber & Wilson, 1986). Il peut en outre s’agir du champ du dialogisme, qui concerne l’incorporation des mots ou des points de vue d’autrui (cf. Bakhtine, 1924). Les actes de langage indirects (cf. Austin, 1962 ; Searle, 1975) constituent également des exemples de faits langagiers dans lesquels le dire se dédouble, opérant une bifurcation entre le plan locutoire et le plan illocutoire. Ces actes de langage indirects sont, pour une bonne partie, relativement codifiés par la langue, même si d’autres font l’objet d’une appropriation plus personnelle. La question de la politesse peut également impliquer un écart entre ce qui est pensé et ce qui est effectivement dit (cf. Brown & Levinson 1987), dans le respect des conventions sociales, sachant que certaines d’entre elles sont destinées à préserver la « face » d’autrui (cf. Goffman, 1955).
Le dédoublement peut structurer certaines formes langagières de façon définitoire et intrinsèque : le champ de la méta-énonciation (voir Authier-Revuz, 1995) sera à cet égard pertinent, dans la mesure où il implique deux niveaux entremêlés : celui du dire, et celui d’un commentaire sur le dire. Le domaine du discours rapporté (voir par exemple De Mattia-Viviès, 2006, 2010, ou Rosier, 2008), et particulièrement les phénomènes de discours indirect libre (pour leur fort degré d’imbrication de deux discours), trouvent également toute leur place dans ce champ du dédoublement de la parole. On pourra encore penser aux dédoublements langagiers impliqués par l’accompagnement du niveau verbal par le niveau paraverbal, par le biais de la mimo-gestuelle notamment (cf. Cosnier, 1996, par exemple), de même qu’aux informations ajoutées au contenu du message par le biais de la prosodie.
Lorsque la duplicité est comprise au sens de stratégie consistant à feindre, à dissimuler, afin de faire passer, de « dire sans dire » un contenu éventuellement critique, manquant de bienséance, ou délicat à verbaliser, elle peut être reliée cette fois aux sous-entendus (cf. Kerbrat-Orecchioni, 1986), au champ des euphémismes (cf. Jamet & Jobert, 2010), mais aussi au domaine de l’ironie (Kerbrat-Orecchioni, 1980, Eggs, 2009 ou encore Jobert & Sorlin, 2018). La question des ambiguïtés (cf. Fuchs, 1996) peut également être incluse, sachant que ces dernières peuvent être involontaires, mais aussi participer de stratégies discursives et rhétoriques. Toujours dans le champ rhétorique, les métaphores (cf. Lakoff & Johnson, 1980) pourront également être prises comme objet d’analyse, en corrélation avec les stratégies créatives et pragmatiques – de manipulation, éventuellement (cf. Digonnet, 2014) – qu’elles permettent de déployer.
Cette notion de duplicité pourra être examinée comme une potentialité en langue, mais aussi et surtout comme une manifestation en discours. Les pistes évoquées ci-dessus le sont uniquement à titre indicatif, et ne se veulent aucunement limitatives. Tout corpus est envisageable (pourvu qu’il relève de l’anglistique), sachant que des discours spécialisés comme ceux de la publicité ou encore les discours politiques pourraient constituer des supports très pertinents. Une illustration par des textes littéraires – éventuellement théâtraux, pour ce qui concerne le champ des interactions verbales – serait également bienvenue.
Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 300 mots et accompagnées d’une courte notice biographique, devront parvenir simultanément à Blandine Pennec (blandine.pennec@univ-tlse2.fr) et Sarah Bourse (sarah.bourse@univ-tlse2.fr) d’ici le 5 juin 2019.
La journée d’étude se déroulera le 13 mars 2020 à l’Université Toulouse II-Jean Jaurès.

Comité scientifique : 
Béligon Stéphanie (Université Paris-Sorbonne, Paris IV), Larroque Patrice (Université Toulouse II), Leonarduzzi Laetitia (Université Aix-Marseille), Le Prieult Henri (Université Toulouse II), Simonin Olivier (Université Perpignan Via Domitia), Nathalie Vincent-Arnaud (Université Toulouse II).

Bibliographie indicative :
AUSTIN J. L., How to Do Things with Words, Harvard University Press, Cambridge (Massachussets), 1962.
AUTHIER-REVUZ J., Les non-coïncidences du dire et leur représentation méta-énonciative, étude linguistique et discursive de la modalisation autonymique, Thèse de doctorat d’État, Université Paris VIII, 1992.
AUTHIER-REVUZ J., « Méta-énonciation et comparaison : remarques syntaxiques et sémantiques sur les subordonnées comparatives de modalisation autonymiques », Faits de langue, 5, Comparaison, reformulation, métaphore, 1995, p. 183-192.
BAKHTINE M., Esthétique et théorie du roman, Trad. Daria Olivier, Coll. Tel, Gallimard, Paris, 1978 [1924].
BROWN P. & LEVINSON S.C., Politeness: Some Universals in Language Usage, Cambridge: Cambridge University Press, 1987.
COSNIER J., « Les gestes du dialogue, la communication non verbale », Psychologie de la motivation, 21, 1996, p. 129-138.
DE MATTIA-VIVIES M., Le discours indirect libre au risque de la grammaire. Le cas de l’anglais, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2006.
DE MATTIA-VIVIES M., « Laurence Rosier. Le discours rapporté en français », E-rea [en ligne], 8, 1, 2010, URL : http://erea.revues.org/1447
DIGONNET R., “Power and Metaphor”, Lexis 8, 2014. http://journals.openedition.org/lexis/224
EGGS E., « Rhétorique et argumentation : de l’ironie », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009. URL : http://journals.openedition.org/aad/219 ; DOI : 10.4000/aad.219
FUCHS C., Les ambiguïtés du français, Ophrys, Gap/Paris, 1996.
GOFFMAN E., “On Face-Work: An analysis of ritual elements in social interaction”, Psychiatry: Journal of Interpersonal Relations 18:3, 1955, p. 213–231.
KERBRAT-ORECCHIONI C., L’Implicite, Coll. U Linguistique, Armand Colin, Paris, 2012 [1986].
KERBRAT-ORECCHIONI C., La connotation, Ophrys, Lyon, 1977.
KERBRAT-ORECCHIONI C., « L’ironie comme trope », Poétiques, 44, 1980, p. 108-127.
LAKOFF G. & JOHNSON M., Metaphors We Live By, Chicago: The University of Chicago Press, 1980.
JAMET D. & JOBERT M., Les empreintes de l’euphémisme, tours et détours, Actes du colloque, organisé à Lyon III les 29, 30 et 31 mai 2008, L’Harmattan, Paris, 2010.
JOBERT M. & SORLIN S. (dir.), The Pragmatics of Irony and Banter. John Benjamins, 2018.
ROSIER L., Le discours rapporté en français, Ophrys, 2008.
SEARLE J., « Indirect Speech Acts », dans P. COLE et J. L. MORGAN (dir.), Syntax and Semantics, 3, Speech Acts, Academic Press, New York, 1975, p. 59-82.
SEARLE J., Speech Acts, Cambridge University Press, Cambridge, 1969.
SPERBER D. & WILSON D., Relevance: Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1986.

Publicités

33e Colloque du Cercle Linguistique du Centre et de l’Ouest

En passant Publié le Mis à jour le

Complément, complémentation, complétude : du lacunaire au complet

Université Bordeaux Montaigne — 24 et 25 mai 2019

APPEL À COMMUNICATIONS| CALL FOR PAPERS

 

Plan Université Bordeaux Montaigne | Hébergement-Déplacements

Lignes de bus : Liane 1|Liane 9|Liane 10|Liane 11

Lignes de tramway : Tram B

Organisation

Catherine Moreau et Jean Albrespit.

Comité scientifique

Jean Albrespit (U. Bordeaux Montaigne), Nicolas Guillot (U. Bordeaux Montaigne), Vincent Hugou (U. Tours), Christelle Lacassain-Lagoin (U. Pau et Pays de l’Adour), Frédéric Lambert (U. Bordeaux Montaigne), Régis Mauroy (U. Limoges), Pierre-Yves Modicom (U. Bordeaux Montaigne), Susan Moore (U. Limoges), Catherine Moreau (U. Bordeaux Montaigne), Sylvester N. Osu (U. Tours), Philippe Planchon (U. Tours), Olivier Polge (U. Limoges), Joëlle Popineau (U. Tours).

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer pour le vendredi 19 octobre 2018 sous forme électronique. Elles comporteront une présentation (500 mots / 3000 caractères maximum, plus références) de la problématique et des données, ainsi qu’une brève bibliographie. Elles s’appuieront obligatoirement sur des exemples. Elles pourront être rédigées en français ou en anglais. Les propositions seront examinées anonymement par deux membres du comité scientifique.

Elles sont à envoyer sans mention de l’auteur/des auteurs, par courriel en fichier attaché (format .doc(x) ET .pdf) simultanément à Catherine Moreau et Jean Albrespit à l’adresse suivante : cerlico2019@gmail.com

Merci de bien vouloir indiquer dans le corps du message :

  • Le nom de l’auteur (des auteurs)
  • Le titre de la communication

Informations pratiques :

  • Date limite d’envoi des propositions : 19 octobre 2018
  • Date de notification aux auteurs : 19 novembre 2018
  • Les communicants disposeront de 25 minutes pour leur exposé, qui sera suivi d’une discussion de 15 minutes.
  • Les actes du colloque seront publiés en 2020 dans la série des Travaux Linguistiques du CerLiCO aux Presses Universitaires de Rennes.
  • Les résumés seront diffusés lors de l’inscription au colloque et accessibles sur le site web du CerLiCO.

32e Colloque du Cercle Linguistique du Centre et de l’Ouest

En passant Publié le Mis à jour le

Complément, complémentation, complétude

Université de Tours — 1 et 2 juin 2018

TEXTE DE CADRAGE| CALL FOR PAPERS

PROGRAMME

LIVRET DU CONFÉRENCIER

FICHE D’INSCRIPTION | REGISTRATION FORM

Organisation

Sylvester N. Osu, Philippe Planchon, Joëlle Popineau, Manuel Torrellas Castillo, Fabienne Toupin.

Comité scientifique

Valérie Amary (Caen), Gilles Col (Poitiers), Gwenaëlle Fabre (Orléans), Sylvain Gatelais (Tours), Sylvie Hanote (Poitiers), Vincent Hugou (Tours), Sû-tõõg-nooma Kabore (Paris 3), Christelle Lacassain-Lagoin (Pau et Pays de l’Adour), Frédéric Lambert (Bordeaux), Raluca Nita (Poitiers), Sylvester N. Osu (Tours), Bert Peeters (Australian National University), Philippe Planchon (Tours), JoëllePopineau (Tours), Amalia Rodríguez Somolinos (Universidad Complutense de Madrid), Daniel Roulland (Rennes), Manuel Torrellas Castillo (Tours), Fabienne Toupin (Tours).

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 30 novembre 2017 sous forme
électronique. Elles comporteront une présentation (deux pages au plus) de la problématique et des données, ainsi qu’une brève bibliographie. Elles s’appuieront obligatoirement sur des exemples. Elles pourront être rédigées en français ou en anglais.
Les propositions seront examinées anonymement par deux membres du comité scientifique.
Elles sont à envoyer sans mention de l’auteur/des auteurs, par courriel en fichier attaché
(format .doc(x) ET .pdf) à l’adresse suivante : cerlico2018@gmail.com

Merci de bien vouloir indiquer dans le corps du message :
– Le nom de l’auteur (des auteurs)
– Le titre de la communication
– Votre préférence pour une communication orale ou affichée.

Informations pratiques :

Colloque : Naissance et vie des stéréotypes. Poitiers, 19 et 20 octobre 2017.

Publié le

INFORMATIONS POUR LES COMMUNICANTS

Lorsque vous soumettrez votre résumé, vous aurez à vous inscrire sur le site http://viestereo2017.sciencesconf.org et à renseigner votre affiliation. Cela vous permettra d’ouvrir un compte pour lequel vous recevrez par mail un identifiant et un mot de passe (que vous définirez) dont vous pourrez vous resservir pour accéder à votre/vos dépôt(s).
Les propositions de communication se feront sous la forme d’un titre et d’un résumé anonymé (d’environ 500 à 1000 mots, références bibliographiques comprises) dans un fichier .pdf que vous insèrerez dans l’espace dédié du site dans l’onglet « Dépôt ». La proposition montrera en quoi votre recherche est innovante, sur quel corpus elle s’appuie, selon quelle méthodologie, pour quels objectifs et pour quels résultats. Le résumé sera rédigé en français ou en anglais en police Garamond, taille 12, interligne 1,25 et marges standards de 2,5 cm en haut, bas, droite et gauche.
Votre proposition sera ensuite envoyée au comité scientifique pour évaluation en double aveugle et vous pourrez accéder à son évaluation en vous rendant sur le site du Colloque.
Par souci d’efficacité, nous vous demandons en supplément de nous faire parvenir aux adresses suivantes estele.dupuy@univ-poitiers.fr et victor.millogo@univ-poitiers.fr votre résumé anonymé en .doc ou .pdf et dans un autre fichier .doc /.pdf :
• le titre de votre proposition,
• le nom de (/des) l’auteur(s),
• votre affiliation,
•vos coordonnées (adresse postale de votre université de rattachement, laboratoire de recherche, téléphone et adresse mail où vous joindre facilement)
La publication des actes est envisagée après le colloque sous la forme d’un ouvrage après sélection par le comité scientifique.
Les propositions seront à envoyer au plus tard le 16 juin 2017.
Les réponses (acceptation ou refus) vous parviendront le 28 août 2017.

Journées d’étude : l’accommodation en linguistique. Pau, 3-4/11/2016

Publié le Mis à jour le

Prochaine AG du CerLiCO : 10 décembre 2016

En passant Publié le Mis à jour le

L’Assemblée générale de l’association CerLiCO aura lieu le samedi 10 décembre à Tours, sur le site habituel des Tanneurs à compter de 9h30. L’accueil sera organisé dès 9 heures.

La salle sera la 55, située au rez-de-chaussée du bâtiment, près du secrétariat d’anglais.

L’ordre du jour est le suivant : 

1 – Bilan colloque de Nantes et point sur les actes (Nantes, Rennes, Orléans)

2 – Préparatifs colloque de Poitiers 2017 – Accord – non accord (2)

3 – Préparatif du nouveau thème – Tours 2018

4 – Bilan financier

5 – Bilan des ateliers d’été à La Rochelle

6 – Point CORELA

7 – Questions diverses

31e Colloque du Cercle Linguistique du Centre et de l’Ouest

En passant Publié le Mis à jour le

Accord, non accord et désaccord

Université de Poitiers — 9 et 10 juin 2017

Le thème qui sera traité au colloque de Poitiers en 2017 se situe dans le prolongement du colloque de Nantes de 2016 qui s’est essentiellement consacré aux aspects morphosyntaxiques de la problématique de l’accord.

Lire la suite »